Ma dose de science #5

Au menu : biomimétisme, exoplanètes et science & humour

La peau du dindon inspire les scientifiques

La peau du dindon inspire les scientifiques

Biomimétisme –  « L’Art imite la Nature » écrivait Aristote. La science aussi. Plutôt que de chercher l’inspiration ex nihilo, les scientifiques préfèrent souvent observer et mettre en œuvre des stratégies d’adaptation animale qui ont fait leurs preuves. Voici un petit florilège parmi les annonces récentes :

Leonard de Vinci dessinait déjà des machines volantes telles des chauves-souris. Des chercheurs de Virginia Tech ont minutieusement analysé comment ces mammifères battaient des ailes. C’est assez complexe et les robots chauves-souris sont encore loin. Batman peut souffler.

Par contre Spiderman se fera peut-être concurrencé par ces robots-araignées développés par des chercheurs suisses.  Ces hybrides sont capables de se déplacer verticalement sur un fil solide qu’ils fabriquent eux-mêmes avec une colle durcissant à l’air libre.

Le dindon inspire un capteur chimique. Ce n’est pas une farce. Sous l’effet de l’énervement, la tête du volatile passe du rouge au bleu à cause des fibres de collagène de la peau qui se réorganisent et absorbe différemment la lumière. Un chercheur de l’université de Berkeley a transposé ce principe pour fabriquer, entre autre, un détecteur à TNT.

Si vous en voulez encore, découvrez ici comment on confectionne une moustache de chat électronique pour sentir l’environnement ou pour voir comment l’étude des coquilles de mollusques permet de rendre le verre plus résistant.

Heureusement que les animaux ne réclament pas de royalties, car la liste est longue rien que dans les publications récentes. Mais il faut aussi ne pas se laisser s’enflammer, car les chercheurs ont bien compris que mettre l’accent sur un lien entre leurs travaux et l’ingéniosité de la nature éveillera plus facilement l’intérêt de journalistes et de potentiels investisseurs. Le monde de la recherche possède aussi ses stratégies d’adaptation.

Résurrection au clair de Lune – Les carottes ne sont peut-être pas cuites pour le Lapin de Jade. Ce rover, qui a été déployé par la Chine sur la Lune le 14 décembre dernier, connaissait quelques difficultés depuis la tombée de la seconde nuit lunaire, à la fin du mois de janvier. Les scientifiques chinois espéraient une amélioration au retour du jour, soit quatorze jours plus tard, le 9 février. Mais aucune nouvelle. L’annonce du décès du lapin a donc commencé à circuler.  Elle a été démentie le lendemain par le responsable du programme lunaire chinois. Cependant, on ne connait pas encore l’état exact du robot et les espoirs de le revoir gambader de nouveau sur le sol lunaire sont minces

Chasse-planètes –  L’Agence spatiale européenne vient de sélectionner la mission PLATO dans le cadre de son programme Vision cosmique. PLATO, pour PLAnetary Transits and Oscillations of stars,  recherchera des planètes de tailles approchant celle de la Terre en dehors du système solaire, de préférence des planètes situées dans la « zone d’habitabilité » de leur étoile, c’est-à-dire à une distance telle que la température permette l’existence d’eau liquide à la surface. Le satellite sera lancé en 2024. D’ici là, le satellite Gaïa, parti en décembre 2013, la mission Tess de la Nasa prévue en 2017 ou le JWT, qui remplacera Hubble en 2018, scruteront le ciel en quête d’autres mondes.

Humour fou –  Connaissez-vous l’histoire des 500 humoristes qui rentrent dans le bureau d’un psychiatre ? En fait, ce n’est pas une blague, mais une étude parue le mois dernier dans le British journal of psychiatry. Grâce à un questionnaire de personnalité, les chercheurs ont comparé les humoristes avec les acteurs et des personnes « normales » (ie qui n’exercent pas une activité « créative ») sur 4 traits particuliers : la croyance dans le paranormal, la difficulté à focaliser son attention, la volonté d’éviter les moments d’intimité ainsi que la tendance à l’impulsivité. Verdict : les acteurs ont un score plus élevé que la normale, mais les humoristes les battent sur tous les points. Cependant, les scientifiques mettent en garde contre les conclusions hâtives et le stéréotype de l’artiste fou. Est-ce que la prochaine étape ne devrait pas se concentrer sur les chercheurs ?

En attendant, les scientifiques aussi ont de l’humour. Ok, il est un peu spécial. La preuve avec ce top 10 des blagues scientifiques par Stephen Hawking. Attention, si vous riez, c’est que vous êtes contaminés.

Pour une tentative de traduction en français : voir ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s